Voici le plus récent texte du dramaturge britannique Martin Crimp, livré en grande première mondiale par l’auteur lui-même, dans la langue originale, pour une représentation unique et exceptionnelle. Christian Lapointe, électron libre du théâtre québécois, qui a déjà traduit et mis en scène plusieurs pièces de Crimp, signe ici la conception de cette lecture-performance et donne lui-même les deux représentations suivantes, en français, dans une traduction de son cru.

La pièce est faite de 299 répliques, dites par autant de personnages. Elle constitue une sorte d’hommage à la multiplicité des points de vue et à l’infinie variété de l’expérience humaine. Rassembler ces 299 voix en un seul interprète pourrait-il suggérer que chacun de nous est multiple et contiendrait en quelque sorte la totalité de l’humanité?

À partir d’un procédé qu’on appelle l’hypertrucage, en anglais deepfake, Lapointe et son équipe ont mis au point un dispositif vidéo qui anime des images de visages générés par des algorithmes, visages de personnes qui, comme celles inventées par l’auteur, n’existent pas mais paraissent réelles et étonnamment vraies. Et ce sont ces personnes fictives qui s’expriment à travers l’interprète, chacune des répliques semblant sortir de leur bouche alors qu’elles proviennent en réalité de celle du lecteur. Ces voix qui se font entendre l’une après l’autre sont aussi comme des vignettes ouvertes sur l’intimité de figures fictionnelles qui rappellent les opinions de tout un chacun exprimées sur les médias sociaux.

L’œuvre pose également la question devenue cruciale de la légitimité de la fiction littéraire aujourd’hui, en particulier dans le théâtre actuel. Qui peut faire parler qui? Qui peut jouer qui? Où s’arrête la liberté artistique?

Je ne suis pas l’une de ces personnes. Aucune de ces personnes n’existe.

Diffusion les 1er – 2 et 3 juin 2022 au Théâtre la Bordée

Crédits

Texte et interprétation
MARTIN CRIMP

Mise en scène, conception, traduction et interprétation
CHRISTIAN LAPOINTE

Dramaturgie
ANDRÉANE ROY

Développeur créatif
GUILLAUME LÉVESQUE — 0/1 Hub Numérique

Conception sonore, direction technique et régie
GABRIEL FILIATREAULT

Scénographie
JULIE LÉVESQUE

Lumière
CAROLINE ROSS

Production/Consultante
ANNE MCDOUGALL

Assistance à la mise en scène, direction de production et régie
VÉRONIC MARTICOTTE

Création
CARTE BLANCHE

Coproduction 
CARTE BLANCHE, ROYAL COURT THEATRE, CARREFOUR INTERNATIONAL DE THÉÂTRE

Une coproduction de :

Martin Crimp © courtoisie Sydney Theatre Company

Martin Crimp

Martin Crimp est né en 1956 et a commencé à écrire pour le théâtre dans les années 1980. Ses pièces sont : When we have sufficiently tortured each other (2019), Men Asleep (2018), The Rest Will be Familiar To You From Cinema, (2013, élu par le Heute theater en Allemagne pour meilleure pièce étrangère de l’année), In the Republic of Happiness (2012), Play House (2012), The City (2008), Fewer Emergencies (2005, recevant le Premio Ubu italien), Cruel and Tender (2004, écrit pour le réalisateur Luc Bondy), Face to the Wall (2002), The Country (2000), Attempts on her Life (1997), The Treatment (1993, lauréat du John Whiting Award), Getting Attention (1992), No One Sees the Video (1991), Play with Repeats (1989), Dealing with Clair (1988) et Definitely the Bahamas (1987).

Ses traductions de pièces incluent Gross und Klein (2012) de Botho Strauss, Rhinocéros (2007) d’Ionesco, Le Faux Serviteur (2004) et Le Triomphe de l’amour (1999) de Marivaux, Les Bonnes de Genet (1999), Les Chaises d’Ionesco (1997), Roberto Zucco de Koltès (1997), une nouvelle version de La Mouette de Tchekhov (2006), et des adaptations de Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand (2019) et Le Misanthrope de Molière (1996).

Son travail a été produit au Royaume-Uni par la Royal Shakespeare Company, le National Theatre, Almeida, Young Vic, Barbican, le Théâtre Complicité, l’Orange Tree et le Royal Court, et a été traduit dans de nombreuses langues et largement produit à l’étranger dans des théâtre comme le Piccolo Teatro de Milan, la Sala Beckett de Barcelone, le Festival de Vienne, le Théâtre des Bouffes du Nord, le Théâtre de la Ville, la Schaubühne de Berlin, le Deutsches Schauspielhaus de Hambourg et le Festival d’Automne de Paris qui a présenté quatre de ses œuvres dans leur saison 2006, dont son premier livret pour l’opéra, Into the Little Hill, écrit pour George Benjamin. Sa deuxième collaboration avec Benjamin, Written on Skin, a eu sa première mondiale au Festival d’Aix-en-Provence en 2012, et la troisième, Lessons in Love and Violence, a débuté au Royal Opera House de Londres en 2018.

En 2020, il a reçu le prix de théâtre Nyssen-Bansemer.

Le texte original de Martin Crimp est disponible à L’Arche dans la traduction de Christophe Pellet et Guillaume Poix. www.arche-editeur.co

L’équipe

Par Éva-Maude TC

Christian Lapointe

Né à l’Île d’Orléans en 1978, Christian Lapointe signe sa première mise en scène à Premier acte en 2001. Il a monté des textes de Fausto Paravidino, Villiers de L’Isle-Adam, Marguerite Duras, Peter Handke, Claude Gauvreau, Mark Ravenhill, Maurice Maeterlinck, Larry Tremblay, Mathieu Arsenault, Ivan Viripaev, Marcel Dubé, Yves Sauvageau, et William Butler Yeats.

En plus de mettre en scène les cinq pièces du Cycle de la disparition, écrites de sa main, il cocréer et joue dernièrement dans Titre(s) de travail et Portrait of restless narcissism-PORN. Au festival TransAmériques, en 2015, il créer Tout Artaud ?!, une lecture-performance de près de 70 heures sur l’œuvre d’Antonin Artaud qu’il donne lui-même. En 2019, il mène, avec l’Institut du Nouveau Monde et une dizaine d’organismes théâtraux, le vaste projet Constituons !, une mise à l’épreuve du théâtre comme agora populaire qui propose de doter le Québec d’une constitution entièrement écrite par des citoyens. Il dépose officiellement la Constitution citoyenne du Québec à l’Assemblée nationale le 29 mai de la même année.

Ses œuvres furent présentées à plusieurs reprises au Carrefour international de théâtre, au Festival TransAmériques, au Centre national des Arts, au Théâtre d’Aujourd’hui, à La Chapelle-Scène contemporaine, au Théâtre Prospero et au Théâtre Périscope.  En plus d’avoir foulées les planches du Théâtre du Nouveau Monde, du Théâtre du Trident, d’Espace GO, d’Espace libre, d’Usine-C, du Théâtre de Quat’sous et de la sélection officielle du Festival D’Avignon, son travail a aussi rayonné en Europe, en Australie et en Asie.

Tout en ayant travaillé une douzaine d’année sur l’œuvre de Martin Crimp avec des artistes en formation à l’École nationale de théâtre et à l’École supérieure de théâtre, il a signé, du même auteur, la traduction québécoise et la mise en scène de Dans la République du bonheur (2015), Le reste vous le connaissez par le cinéma (2018) et Quand nous nous serons suffisamment torturés (2022).

L’Association québécoise des critiques de théâtre (AQCT) a décerné plusieurs prix à ses œuvres.

Andréane Roy

Depuis 2014, Andréane travaille comme conseillère dramaturgique, notamment auprès des metteur.e.s en scène et dramaturges Christian Lapointe (Pelléas et Mélisande, Le reste vous le connaissez par le cinéma, Quand nous nous serons suffisamment torturés), Brigitte Haentjens (Parce que la nuit, Sang), Alix Dufresne et Marc Béland (Hidden Paradise), le collectif Grande Surface (Et quand vient le silence), Claire Renaud (Sportriarcat) et Olivier Choinière (L’école des femmes, Zoé). Elle collabore aussi sporadiquement avec le CEAD, l’École nationale de théâtre du Canada, ainsi que les revues Jeu et Aparté. Après des études en musique, en études théâtrales (UQÀM) et en littérature comparée (UdeM),  elle obtient une maitrise en théâtre (UQÀM).

Caroline Ross

Artiste multidisciplinaire et conceptrice d’éclairages, Caroline Ross crée avec la lumière. Son travail personnel a été présenté dans plusieurs événements internationaux, dont la Quadriennale de scénographie de Prague, invitée avec une cohorte d’artistes internationaux, à concevoir pour l’événement, l’installation immersive The Sight Tower. Elle a collaboré comme conceptrice d’éclairages depuis 1991 à la création de plus de 250 productions scéniques de théâtre, de danse et de  musique ; auprès de metteurs en scène tels Pol Pelletier Océan, Brigitte Poupart Un jour ou l’autre, Alice Ronfard Les pieds des anges, La Cantate intérieure et Une vie pour deux, Olivier Normand Plante Nicole et Mycologie produit par Momentum, Frédéric Dubois Les chaises au TNM, récipiendaire du Prix du meilleur éclairage 2018, Tout ce qui tombe, La famille se crée en copulant, Vinci et Les reines.  Martine Baulne Mme de Sade, en nomination pour le meilleur éclairage de l’année en 2012 et Martin Genest l’Opéra de quat‘sous, spectacle de l’année 2011, Le bourgeois gentilhomme au Théâtre du Trident de Québec.  Elle conçoit aussi de la lumière pour des expositions internationales, dont Star Wars Identities de Lucasfilm, Danser Joe de Moment Factory au Musée de la civilisation de Québec, médaillé d’or par le comité international des technologies des musées à l’international et Être Augustine ,  Gagnant du Grand prix d’exellence de la société des musées Québécois SMQ.  Elle est récipiendaire du FÉLIX du meilleur concepteur d’éclairage de l’année 2015 à l’ADISQ.

Gabriel Filiatreault

Né en 1992 à Montréal, Gabriel entreprend à l’âge de 21 ans de transmettre le message des créateurs et artistes. Depuis, sa mission est de servir le plus fidèlement possible les arts de la danse contemporaine, de la musique et du théâtre par l’entremise de la justesse et de la finesse artistique de la représentation sonore. Doté d’une polyvalence exceptionnelle, sa carrière l’a déjà mené à toucher à tout: direction technique, opérateur de son de façade et de moniteurs, régisseur de sont et son/lumière ainsi que concepteur de son. Selon lui, la culture est la raison de vivre d’une société et malheureusement, les temps nous ont convaincus qu’à la place, notre rôle est de produire et de commercer.

Guillaume Lévesque

Depuis sa sortie de l’École des médias de l’UQAM en 2011, Guillaume Lévesque a acquis un savoir-faire interdisciplinaire qui oscille entre le son, l’image, l’interactivité et la performance. Il s’intéresse particulièrement aux potentialités du choc entre le physique et le numérique. Il a gravité autour du milieu théâtral comme performeur, concepteur sonore et concepteur de dispositifs numériques. Il rejoint en 2012 l’équipe interactive de Moment Factory, avec laquelle il livre des projets tous azimuts autour du monde. En 2021, il se rallie au studio de 0/1 Hub numérique afin de se rapprocher de la créativité locale et de s’ouvrir à de nouvelles pratiques expérimentales.

Julie Lévesque

Diplômée du Conservatoire d’Art Dramatique de Québec en scénographie (2007) et établie à son compte dans la région de Québec, Julie Lévesque jongle avec de mul6ples mandats aussi bien en théâtre (Le Trident, La Bordée, Carte Blanche), qu’en cirque (Machine de Cirque, Flip Fabrique), en danse (Alan Lake Factori(e)), ou en événemen6el (Fes6val de cinéma de la ville de Québec, Produc6ons Rhizome). Julie ancre sa démarche ar6s6que dans les arts visuels. Parallèlement, elle s’intéresse aux nouveaux médias et à l’intégra6on de ceux-ci dans son travail, en plus de pra6quer assidûment la photo, la peinture et le travail infographique. Toujours à l’affût de nouvelles techniques à ajouter à sa pra6que, elle s’intéresse aussi aux techniques ar6sanales et aux mé6ers d’art. Elle a notamment conceptualisé la sta6on Fêter quoi ? d’Alexandre Fecteau pour le parcours déambulatoire Où tu vas quand tu dors en marchant ? (Carrefour Interna6onal de Théâtre 2015-2016). Passant avec aisance du théâtre d’auteur au cirque à grand déploiement, elle conçoit les costumes pour Qui a peur de Virginia Woolf? (La Bordée – saison 2015) et signe la scénographie de Crépuscule chapitre 3 – Vents et Marées pour Flip Fabrique (2018). Parmi ses dernières créa6ons, on dénombre les décors de La Duchesse de Langeais (Trident – saison 2019), et ceux du récent Six Degrés, de Flip Fabrique (2020). Elle travaille présentement sur Cabaret présenté au Théâtre Le Trident et La Paix des Femmes de Véronique Côté au théâtre de La Bordée . Conceptrice dont le travail est reconnu par ses pairs, elle a été nommée deux fois aux Prix d’excellence des Arts et de la Culture (Décor, La Trilogie de Belgrade en 2007 et Décor, Le K Buster en 2008) et a reçu une bourse Première Ova6on avec sa compagnie 7981Théâtre (2008). En outre, elle est récipiendaire de la bourse Desjardins/Théâtre Blanc (2009-2010) (désormais rebap6sé Carte Blanche). Plus récemment, elle était finaliste pour le prix AQCT (Décor, Chapitres de la Chute, 2019) et nominée au Prix Paul-Bussières (Décor, La Duchesse de Langeais 2019-2020).

Par Patrice Lévesque

Véronic Marticotte

Bachelière en théâtre et arts vivants (ULaval-2021), Véronic est également technicienne de scène de formation (CECM-2014).  Depuis sa sortie de l’école, en plus des nombreux appels de spectacle auxquels elle a répondu à titre de technicienne de scène généraliste et d’habilleuse, Véronic a notamment été régisseure en sonorisation au Théâtre Beaumont-St-Michel ainsi que régisseure générale au Théâtre les Gens d’en Bas – Théâtre du Bic, au Théâtre de La Bordée et pour le Théâtre des Confettis.  Depuis 2020, Véronic agit à titre d’assistante à la mise en scène et directrice de production pour La Grosse Affaire et s’implique, depuis 2021, au sein du Théâtre Astronaute. Elle a également mis sur pieds sa propre compagnie, Exiguë Théâtre, avec la présentation d’Éclats, son projet solo de fin de parcours universitaire, présenté en mai 2021 au LANTISS.

Elle assurera la direction de production sur Titre(s) de travail, de Carte blanche.